Les théodicées négatives : Dieu n'est pas bon. On dit qu'il a tout créé, y compris le genre humain. – 1 Corinthiens 13. L’appel à être parfait vient en conclusion d’un passage qui relève de ces perles de l’Évangile qui nous éblouissent par leur logique implacable : «Et moi, je vous dis : Aimez vos ennemis… car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense allez-vous en avoir ? » (p. 531) Hélas, les humains étant paresseux, on devient las de dire « Pour un triangle donné, la somme des angles… » ou bien « Pour un triangle donné, la somme des deux côtés les plus courts… » et on en vient à s’imaginer que ce triangle existe comme idée en soi. C'est l'argument de l'existence de l'incroyance qui sera détaillé plus bas. », Or cela est absurde, en vertu de la proposition 7 : « À la nature d'une substance appartient d'exister. Aimez vos ennemis. Ainsi pour Kant, le concept de Dieu demeure le même, qu'il existe ou pas : ce « concept de Dieu Â» ne prouve rien, n'indiquant qu'une possibilité[4],[5]. L'effet spectaculaire de l'impression de sortir du corps lors de l'activation du gyrus angulaire a été mise en évidence en 2002 par le neurologue suisse, Olaf Blanke[55]. Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole : par cela nous savons que nous sommes en lui » (1 Jean 2:4-5). Si je prends un triangle donné, je ne peux pas affirmer qu’il n’a pas d’angles, puisqu'en me donnant un triangle, j’ai établi qu’il avait trois angles. Etre parfait c’est finalement être à l’image de Dieu. Car il n'est pas en ma liberté de concevoir un Dieu sans existence (c'est-à-dire un être souverainement parfait sans une souveraine perfection), comme il m'est libre d'imaginer un cheval sans ailes ou avec des ailes. Il est certain que je ne trouve pas moins en moi son idée, c’est-à-dire l’idée d’un être souverainement parfait, que celle de quelque figure ou de quelque nombre que ce soit. 3. Est présenté ici l'argument de l'existence du mal et l'argument de l'existence de l'incroyance (le mal et l'incroyance étant proposés comme cas particuliers d'imperfection du monde). L'argument d'Anselme de Cantorbéry, publié dans Proslogion en 1077[1], peut être résumé de la façon suivante : Il est admis que Descartes a repris l'argument d'Anselme dans ses travaux, mais aucune source ne permet de le soutenir avec certitude. ». N'oubliez pas que nous parlons non pas d'un coeur qui est parfait, mais d'un coeur parfait envers Dieu. Selon la thèse de Ludwig Feuerbach, « L'homme créa Dieu à son image Â»[45], Dieu est présenté par Feuerbach comme une projection des désirs de l’homme. Par ailleurs, une étude allemande de 2002 suggère que d’autres neurotransmetteurs, notamment les opioïdes (connus pour jouer un rôle important dans la sensation de douleur) pourraient être impliqués dans la cognition religieuse[52]. La pluralité des révélations. L'impossibilité d'un univers sans commencement dans le temps (, Or la matière ne produit pas spontanément de l'ordre, Donc la cause de l'ordre de la nature est intentionnelle. Dieu, être parfait. Il est donc possible d'être gardé par Dieu et de vivre sur un autre plan que celui du péché ! A. J. Boekraad and H. Tristram, The argument from conscience to the existence of God according to J. H. Newman, Louvain, Éd. Bonjour Mon ami(e), Mon ami canadien, Luc Dumont, aime dire avec humour, que La Réunion est "l’endroit où Dieu habite toute l’année, même en hiver". Les recherches du neurobiologiste américain Michael Persinger suggèrent « que la stimulation électromagnétique des lobes temporaux, ces aires localisées au niveau des tempes, déclencherait la sensation d’avoir à ses côtés une présence divine Â». Cette idée est innée en moi. ». Ainsi, selon le philosophe et théologien William Lane Craig, « dire que la Shoah fut objectivement mauvaise équivaut à dire qu'elle fut mauvaise même si les Nazis qui l'ont mise en œuvre pensaient que cela était bon, et qu'elle aurait toujours été mauvaise même si les Nazis avaient remporté la Seconde Guerre mondiale et exterminé ou lavé le cerveau de tous ceux qui auraient pensé le contraire. La perfection : " caractérise un être ou un objet idéal, c'est-à-dire qui réunit toutes les qualités et n'a pas de défaut. Son plan pour notre salut est parfait : il consiste à étendre la justice de Christ à tous ceux qui mettent leur foi en lui. Il est dit d'Asa, de Josaphat, d'Ezékias et des autres qu'ils avaient un coeur parfait envers Dieu. », « que la stimulation électromagnétique des, « Quand donc je pense une chose, si nombreux que soient les prédicats au moyen desquels je veux la penser (même en la déterminant complètement), par cela seul que j'ajoute que cette chose existe, je n'ajoute rien à cette chose. Spinoza en donne trois démonstrations différentes. Tout ce qui est parfait ne peut que venir de Dieu seul. Pour défendre cette thèse, van Inwagen utilise une analogie : l'absence de preuves de l'existence d'intelligences extraterrestres ne justifie pas qu'on la rejette. »[8]. Car autrement ce ne serait plus la même chose qui existerait mais quelque chose de plus que ce que j'ai pensé dans le concept, et je ne pourrais plus dire que c'est exactement l'objet de mon concept qui existe. Par ailleurs, quelle valeur a un « Dieu bouche-trou Â» qui n'est postulé que pour combler les lacunes de la science ? Soit les sensations que les mystiques éprouvent au cours de leurs états extatiques[51]. Cet argument est proche de la notion de croyance proposée par, L'argument tiré de l'existence de la conscience, défini par, Dieu n'est pas nécessaire pour expliquer le monde, Or, il ne faut croire qu'aux entités nécessaires pour expliquer le monde, l'existence de l'homme, être rationnel et conscient, S'il existe un être parfait créateur du monde (Dieu par définition) alors sa Création est parfaite, Or le monde est imparfait (prémisse empirique), Donc il n'existe pas un être parfait créateur du monde. Il montre en effet, en s'appuyant essentiellement sur notre ignorance, qu'il peut y avoir une genèse de l'ordre sans intention démiurgique : L'argument de la superfluité est une réponse à l'argument téléologique. [Objection]...bien qu’à la vérité cela ne paraisse pas d’abord entièrement manifeste, mais semble avoir quelque apparence de sophisme. De ce point de vue, Dieu n'est certainement pas comparable à une île ou à quoi que ce soit d'autre de fini, a répondu Saint Anselme[8]. Aussi, ceux qui affirment que Dieu n’existe pas, ne conçoivent pas clairement Dieu. Correspondence #8: Why believe in God in the first place? 🚗 Votre GPS est parfait ... Être sage selon Dieu, c’est choisir d’écouter le cœur de Dieu, ... Je ne veux pas me perdre mais je désire être comme un arbre planté près d’un courant d’eau. ; Une version célèbre est celle d'Anselme de Cantorbéry, dans son Proslogion. La citation la plus belle sur « est parfait » est : « J'ai soudain le sentiment étrange d'être en harmonie avec moi-même, tout est parfait en cet instant, la douceur de la lumière, ce petit parfum dans l'air, la rumeur tranquille de la ville. nécessaire]. L'argument ontologique figure dans les trois principaux exposés de sa métaphysique : la quatrième partie du Discours de la méthode (1637), les Meditationes de prima philosophia (1641), et les Principia philosophiæ (1644). L'homme n'est pas parfait et personne ne peut dire le contraire puisqu'il a des défauts et une chose qui n'est pas parfaite ne peut engendrer quelque chose de parfait. S'il y avait une seule personne au monde à être pardonné, Jésus serait allé à la croix rien que pour lui. Et ayant pris garde que cette grande certitude, que tout le monde leur attribue, n'est fondée que sur ce qu'on les conçoit évidemment, suivant la règle que j'ai tantôt dite, je pris garde aussi qu'il n'y avait rien du tout en elles qui m'assurât de l'existence de leur objet. non conforme]. Concernant le mal physique, notons d'abord que le monde ne saurait être parfait : seul Dieu est parfait. On remarquera alors que si quelque chose peut ne pas commencer à exister, alors l’univers peut ne pas commencer à exister, et Dieu n’est donc plus nécessaire pour expliquer l’origine de l’univers. Dieu a bel et bien un plan… Dans la bible, nous pouvons lire que Dieu a une volonté. La version de ce verset dans le Livre de Mormon est un commandement d’être non seulement comme Dieu, mais aussi comme le Christ. Epub 2003 Dec 8. Ne serait-ce pas encore mieux pour nous d'être réunis avec tous nos êtres chers ? [Objection] Et on ne doit pas dire ici qu’il est à la vérité nécessaire que j’avoue que Dieu existe, après que j’ai supposé qu’il possède toutes sortes de perfections, puisque l’existence en est une, mais qu’en effet ma première supposition n’était pas nécessaire; de même qu’il n’est point nécessaire de penser que toutes les figures de quatre côtés se peuvent inscrire dans le cercle, mais que, supposant que j’aie cette pensée, je suis contraint d’avouer que le rhombe se peut inscrire dans le cercle, puisque c’est une figure de quatre côtés ; et ainsi je serai contraint d’avouer une chose fausse. par François Brooks. Une section entière de l'encyclique, intitulée, dans son ouvrage épistolaire "Letters from a Skeptic" (correspondance. Il n'en va pas différemment de Dieu, en l'idée duquel l'existence éternelle est clairement contenue, pour peu que j'y prête une attention suffisante : «  En guise de préambule, soulignons que la science et l'existence ou non de Dieu sont des choses indépendantes et non connectées. à son fils, 36) En mauvaise part. Matthieu 5.48 La Bible nous demande d'être parfaits. Il me semble que la perfection est une caractéristique divine. seul son Dieu est absolument parfait dans l'ordre de toutes choses."" Ont notamment été invoqués comme phénomènes nécessitant l'existence de Dieu : Si certains de ces phénomènes ont reçu une explication scientifique ce n'est pas le cas de tous. – La preuve spécifiquement cartésienne est la preuve par l’idée de parfait, en effet, parmi les idées qui sont en moi se trouve l’idée de Dieu, idée d’un être souverain, tout puissant, éternel, infini (idée de perfection et d’infini). On pose Dieu comme “étant parfait” dans la prémisse. C’est le visible. Selon certains philosophes, les religions ont été créées par des mouvements minoritaires et imposées ensuite par les pouvoirs politiques dominants à des fins de fédération des peuples. Enfant de Dieu, l'Évangile est la bonne nouvelle d’un Dieu heureux et saint qui nous a pardonné tous nos péchés et nous permet d’être aussi saint et heureux qu’Il est, par notre union avec Son Fils. Le temps qu’Il a fixé ne s’écoulera pas sans que votre promesse ne soit accomplie. Pour l'Église catholique (comme le soulignent, entre autres, les encycliques Fides et ratio, 1998, et Humani Generis, 1950, ainsi que le motu proprio Sacrorum Antistitum, 1910), la raison humaine est capable « par ses seules forces Â» (c'est-à-dire indépendamment de toute démarche de foi ou de révélation) d'arriver à la certitude de l'existence de Dieu. Il en irait de même pour Dieu[38]. 214-217 231. Pourtant, beaucoup de musulmans décrivent le prophète Muhammad, sws, comme étant une créature parfaite, avec un comportement parfait, une apparence physique parfaite (ou du moins très très beau), une intelligence indéfectible. Or les valeurs morales objectives existent. Au cours de l'histoire de la philosophie et de la théologie, de nombreux arguments en faveur et en défaveur de l'existence de Dieu ont été émis. ), Women, Religion and Culture in Iran, « Les femmes et leurs droits se trouvent désormais au cœur des débats jurisprudentiels où s’affrontent les visions réformatrices et conservatrices. Mais dire que « Dieu existe » est une proposition analytique puisque je peux tirer le concept d’existence par la simple analyse du terme Dieu. En mai 2008, Nicholas Epley montrait à l'aide de l'imagerie fonctionnelle cérébrale que les croyants attribuent à Dieu leur propre opinion sur des questions de société telles que l'avortement, le mariage homosexuel ou la peine de mort. L'intérêt de cet argument est qu'il supprime le débat concernant l'existence ou l'inexistence de Dieu, puisque cela n'est pas démontrable, dans un sens ou dans l'autre. Car il n’est pas en ma liberté de concevoir un Dieu sans existence (c’est-à-dire un être souverainement parfait sans une souveraine perfection), comme il m’est libre d’imaginer un cheval sans ailes ou avec des ailes[3]. ), mais cela revient à admettre que la (prétention à la) révélation ne suffit pas à prouver la vérité d'une religion. Le monde visible et invisible se côtoie en continu, indistinctement, de manière naturelle. C'est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. «  L'argument téléologique est une raison pour laquelle nombre de philosophes des Lumières ont opté pour une position déiste (Voltaire, Rousseau…). Dieu est l'Etre parfait, en qui toute puissance est acte, inaccessible à nos sens, et de qui nous pouvons affirmer seulement qu'il est et ce qu'il n'est pas. Bibliothèque de la Pléiade, 1982. Pour être chrétien il ne sert à rien d’essayer d’être parfait. 3)[34]. "God Talk: Cautions for Those Who Hear God's Voice", 2005, Page 50. TOP 10 des citations est parfait (de célébrités, de films ou d'internautes) et proverbes est parfait classés par auteur, thématique, nationalité et par culture. Mais si je supprime l’idée de Dieu, je supprime en même temps toutes ses propriétés : par conséquent, son existence, sa perfection et sa toute-puissance disparaissent. D'une part, le pouvoir utilise les religions existantes, mais de l'autre, il les modifie selon ses besoins ou les invente. Les trois premières preuves sont des formes différentes de l'argument de la cause première. On ne peut attribuer l’existence à quoi que ce soit. « La simplicité divine comme propriété positive Â», Unique fondement possible d'une démonstration de l'existence de Dieu, Les renouveaux analytiques de la philosophie de la religion en question (approches contemporaines des arguments sur l'existence de Dieu), Fédération nationale de la libre pensée, Fondation Richard Dawkins pour la raison et la science, Union internationale humaniste et éthique, De la suffisance de la religion naturelle, Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient, Notre-Dame de l'exonération perpétuelle, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Arguments_sur_l%27existence_de_Dieu&oldid=178097099, Argument pour ou contre l'existence de Dieu, Article manquant de références depuis mai 2016, Article manquant de références/Liste complète, Article pouvant contenir un travail inédit, Article avec une référence non conforme, Article contenant un appel à traduction en anglais, Portail:Sciences humaines et sociales/Articles liés, Portail:Religions et croyances/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. S’il le veut et ne le peut, On dit qu'il est parfait. Aimer nos ennemis devient alors possible. Car, comme les thalers possibles expriment le concept et les thalers réels, l'objet et sa position en lui-même, au cas où celui-ci contiendrait plus que celui-là, mon concept n'en serait pas le concept adéquat. Deux attributs divins apparaissent en contradiction. De plus, un être hors du temps qui « crée Â» ou « cause Â» l’univers pose un problème de logique. En pratique : Quelles sources sont attendues ? La science peut expliquer comment on croit, elle peut étudier le phénomène de la croyance mais elle ne s'intéresse pas à l'existence de Dieu. Cependant, nous remarquons que Dieu, pour qui un seul jour est comme mille ans et mille ans sont comme un seul jour (2Pierre 3 :8, LSG), ve… C’est en conséquence, le socle de la création de notre univers. », « William Lane Craig a tiré beaucoup de philosophes de leur sommeil dogmatique kantien Â», « a déclenché une avalanche d'études et rouvert des champs de réflexion que les philosophes avaient laissé en friche depuis très longtemps Â», « Supposons qu'en marchant dans la lande je tombe sur une pierre et qu'on me demande comment la pierre est arrivée là; je pourrais répondre que, à ma connaissance, elle était là de tout temps; il ne serait peut-être pas facile de montrer non plus l'absurdité de cette réponse. Je réfute. Première preuve de l'existence de Dieu selon Descartes : l'argument ontologique — Dieu existe parce que, en tant qu'être parfait, s'il lui manquait l'existence, il ne serait pas parfait. Durant un échange avec un ami il m'a demandé que si Dieu est un être parfait c'est qu'il n'a besoin de rien mais vraiment de rien je lui répond évidement que oui il n'a besoin de rien. De manière générale, tout argument utilisé pour dire que l’univers ne peut être incréé s’applique également à Dieu. Le second groupe chercha un Dieu plus séparé de sa création, un Dieu transcendant : c’est le courant « ascendant ». Jacqueline Borg, Andrée Bengt, Henrik Soderstrom and Lars Farde, «The serotonin system and spiritual experiences.», Am J Psychiatry. Être saint comme Dieu est saint ! Une version célèbre est celle d'Anselme de Cantorbéry, dans son Proslogion. Jésus est notre modèle parfait ! Alexandre Ganoczy, christianisme et neurosciences, Le divin est Dieu : sens d'une division sémantique, Éditions Odile Jacobs. En somme, nous l’intégrons dans notre quotidien, au travers de ce que nous voyons. 2003 Nov;160(11):1965-9., Roth BL, Baner K, Westkaemper R, Siebert D, Rice KC, Steinberg S, Ernsberger P, Rothman RB: Salvinorin A: a potent naturally occurring nonnitrogenous kappa opioid selective agonist. C'est dans la proposition 11 de la première partie de l'Éthique que Spinoza propose une preuve de l'existence de Dieu par l'approche essentialiste. Cet argument est un cas particulier d'argument d'autorité où la majorité est prise comme autorité compétente pour connaître Dieu. Les autres arguments, y compris l'argument ontologique de Saint Anselme, ne bénéficient pas de la recommandation de l'Église. La perfection semble impossible. Sa demeure est parfaite. Et peut-être trop. Tu as des questions sur Dieu qui est parfait, clique sur l'enveloppe Écris dans les… Et par conséquent il y a une grande différence entre les fausses suppositions, comme est celle-ci, et les véritables idées qui sont nées avec moi, dont la première et principale est celle de Dieu[4]. Et partant, encore que tout ce que j’ai conclu dans les Méditations précédentes, ne se trouvât point véritable, l’existence de Dieu doit passer en mon esprit au moins pour aussi certaine, que j’ai estimé jusqu’ici toutes les vérités des mathématiques, qui ne regardent que les nombres et les figures[3]. Bref, comme l’ont compris tous les poètes de l’histoire, l’amour conjugal est transcendant! Et que Dieu ne commet pas d'acte absurde ou illogique et qu'il faudrait une raison pour que Dieu se détruise et que les raisons habituelles du suicide (manque, souffrance, honte…) sont inconnues de Dieu. Ou encore, si j'aperçois clairement que le nombre 3 est impair, il est légitime d'affirmer cette propriété à propos du nombre 3 lui-même (et pas seulement de son idée). proposition 1 : Dieu est quelque chose de tel que rien ne peut se penser de plus grand ; proposition 2 : et il est bien certain que ce qui est tel que rien ne peut se penser de plus grand ne peut être seulement dans l'intellect ; proposition 3 : car si c'est seulement dans l'intellect, on peut penser que ce soit aussi dans la réalité, ce qui est plus grand ; proposition 4 : mais cela est à coup sûr impossible ; proposition 5 : il est donc hors de doute qu'existe quelque chose de tel que rien ne peut se penser de plus grand, et cela tant dans l'intellect que dans la réalité. • Je veux me flatter que, faisant votre possible pour devenir un parfait honnête homme, vous concevrez qu'on ne peut l'être sans rendre à Dieu ce qu'on lui doit (RAC. Dieu est un être parfait. Dieu existe donc nécessairement. Selon l'anthropologue Dan Sperber, le cerveau humain serait prédisposé à croire et cette perméabilité aux idées religieuses proviendrait de la façon dont fonctionne la pensée humaine, et plus particulièrement de la façon dont le cerveau construit une représentation du monde naturel[49]. On dit qu'il est parfait. De nombreux exemples peuvent être pris à l'appui de cela telle la croyance universelle en une époque reculée au géocentrisme (le Soleil tournant autour de la Terre). Il est important de comprendre que c’est Dieu qui construit notre vie. Mais supposez que j'avais trouvé une montre sur le sol, et qu'on me demande comment la montre était arrivée à cet endroit, je ne penserais même pas à ma précédente réponse, qu'à ma connaissance, la montre était là de tout temps. nécessaire] admet et développe lui aussi l'argument ontologique : l'idée de Dieu, en ce sens qu'elle exprime l'essence de l'être Parfait, Infini et Suprême est la plus riche et la plus effective de toutes les idées ; ainsi, Dieu ne peut qu'exister. Son argument est que Dieu est l'être tel que rien ne se peut penser de plus grand, et cela tant dans l'intellect que dans la réalité. Les preuves de Descartes reposent essentiellement sur la conviction que, pour exister et naître en tant qu'être imparfait (mais avec une âme ou un esprit), il faut donc accepter que quelque chose d'une réalité plus formelle que nous-mêmes doit nous avoir créés. La théorie synthétique de l'évolution propose une explication de la diversité des formes vivantes, et en particulier de l'apparition des humains, sans recourir à un créateur. Tout d'abord, nous passons inconsidérément de notre ignorance des causes réelles à la certitude d'un dessein divin ; cette dernière certitude reflète donc surtout le fait que nous n'avons pas d'autres hypothèses plausibles à disposition ; ensuite, nous ne connaissons pas assez bien la matière pour décider a priori qu'elle ne contient aucun principe d'ordre. Son plan pour notre salut est parfait : il consiste à étendre la justice de Christ à … Cet argument avait déjà été critiqué par Hume dans les Dialogues sur la religion naturelle [14]. Si certains ne croient pas en Dieu c'est parce que le. Nul n'est parfait dans cet univers. nécessaire]. ». L'homme n'est pas parfait et personne ne peut dire le contraire puisqu'il a des défauts et une chose qui n'est … C'est ainsi que chez les Romains, Numa, le successeur de Romulus, passait pour le fondateur de leur religion, et les esprits éveillés pensaient qu'il l'avait inventée en tant qu'instrument pour gouverner le peuple. Ce fut mon cas. Dieu est un être parfait. Votre GPS est parfait Bruno Picard. Comment ajouter mes sources ? Ludwig Feuerbach, traduit par Joseph Roy, « Thèses sur Feuerbach Â», Karl Marx, dans Œuvres, Karl Marx, Maximilien Rubel, éd. Un argument semblable développé par Descartes dans la troisième de ses Méditations métaphysiques est celui dit de la « Signature du Créateur » ou « Trace de Dieu ». «  C'est un syllogisme. Cette Intelligence ordinatrice est celle de Dieu. J’ai en effet pris le concept Dieu et l’ai combiné avec le concept de toute-puissance. Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit. Elles utilisent une régression infinie et invoquent Dieu pour y mettre fin. », « un décompte des articles dans les journaux de philosophie montre que le nombre de publications portant sur la défense de l'argument du Kalam par Craig dépasse celui de n'importe quelle autre formulation d'un argument en faveur de l'existence de Dieu par un philosophe contemporain. On a remarqué que plus la méditation semblait profonde, et plus l'activité du cortex pariétal supérieur était ralentie. par François Brooks. Pour Kant, l'existence n'est pas une propriété intrinsèque, on ne peut pas légitimement dire que l'existence appartienne au concept de Dieu : c'est confondre le contenu conceptuel et le prédicat existentiel d'une chose. En conséquence, selon cette théorie, tout énoncé sur l'existence ou l'inexistence de Dieu — comme de nombreux concepts métaphysiques â€” est dépourvu de sens. Ces critères peuvent exister (les catholiques invoquent les miracles du Christ, la sainteté de sa vie, l'accomplissement des prophéties messianiques, etc. Plusieurs reproches peuvent être adressés à cet argument[20] dont : La seconde prémisse contient déjà la conclusion ! Dans Sur l’existence de Dieu et l’inexistence des licornes[10], Gilles Dowek réfute l'argument ontologique en utilisant le théorème de correction (réciproque du théorème de complétude de Gödel). Le 12/12/2016 à 17:38, Dieu Rê Pur / Pur Rê Méta-Maître et Dieu de l'Extrême a écrit : > Qu'est ce que ça fait que d'être un Dieu ? Ces divers paradoxes ont été abondamment discutés, en particulier au Moyen Âge[36]. Bertrand Russell rejette la validité de l'argument ontologique : pour lui, cet argument relève d'une erreur de logique : confusion entre deux ordres distincts de prédicats : prédicats du premier ordre confondus avec des prédicats du second ordre. Il faut pardonner à son prochain : « Si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus les vôtres » ( Mt 6:15 ). Deux jalons. Avec cette méditation tout n’est pas dit sur la perfection. », « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? De l'existence du mal sur la Terre il semble que l'on peut en conclure que celle-ci n'a pas été créée par un être bon et omniscient. Et cette nécessité est suffisante pour me faire conclure (après que j’ai reconnu que l’existence est une perfection), que cet être premier et souverain existe véritablement : de même qu’il n’est pas nécessaire que j’imagine jamais aucun triangle ; mais toutes les fois que je veux considérer une figure rectiligne composée seulement de trois angles, il est absolument nécessaire que je lui attribue toutes les choses qui servent à conclure que ses trois angles ne sont pas plus grands que deux droits, encore que peut-être je ne considère pas alors cela en particulier. Il est aujourd'hui très discuté par les philosophes analytiques dans la version dite Kalâm réadaptée par William Lane Craig en 1979[7]. Le fils de Dieu est un exemple, un modèle parfait que tout enfant de Dieu devait aspirer être. Le raisonnement est entaché de circularité (cercle vicieux). », « Ne voyez-vous pas que la certitude de la foi vient de l’autorité d’un Dieu qui parle, et qui ne peut jamais tromper. Pour Thomas d'Aquin, l'argument anselmien est irrecevable parce que nous n'avons ni ne pouvons avoir de connaissance innée de l'essence de Dieu. Dieu est un monde parfait ». L'autre argument vient des principes fondamentaux de la logique rationnelle : c'est à la personne (ou au groupe) qui énonce une affirmation dans l'ordre du positif qu'il revient de prouver cette chose, et non à celle (ou celui) qui la réfute. La conscience morale peut elle-même s'expliquer en termes évolutionnistes (cf supra), de même différentes théories sont avancées pour expliquer l'apparition de la vie. Si, toutefois, je veux « supprimer le triangle en même temps que ses trois angles, ce n’est pas une contradiction. Très bien! On peut reprendre ici une typologie des théodicées dressée par Paul Clavier[40] : Une autre forme de contradiction peut être relevée. Ça ne prouve rien, ça affirme. [Interprétation personnelle ?] Cela signifie que son essence n'enveloppe pas son existence, conformément à l'axiome 7 : « Tout ce qui peut se concevoir comme non existant, son essence n'enveloppe pas l'existence. Thomas d'Aquin tente de résoudre ce paradoxe dans l'une des quinque viae (Somme théologique, Ia, q.2, art. Ce rôle est de servir DIEU et de parachever la création. Voir aussi la réfutation de l'argument ontologique dans la Critique de la raison pure. On a pu attribuer à Moïse et à d'autres un rôle similaire. Pour une autre présentation, Mathieu Horeau. [Réfutation] On ne doit point, dis-je, alléguer cela : car encore qu’il ne soit pas nécessaire que je tombe jamais dans aucune pensée de Dieu, néanmoins, toutes les fois qu’il m’arrive de penser à un être premier et souverain, et de tirer, pour ainsi dire, son idée du trésor de mon esprit, il est nécessaire que je lui attribue toutes sortes de perfections, quoique je ne vienne pas à les nombrer toutes, et à appliquer mon attention sur chacune d’elles en particulier. », «  Selon le philosophe Quentin Smith, « un décompte des articles dans les journaux de philosophie montre que le nombre de publications portant sur la défense de l'argument du Kalam par Craig dépasse celui de n'importe quelle autre formulation d'un argument en faveur de l'existence de Dieu par un philosophe contemporain.